Mis en avant

Le visage d’une autre partie 1

Je m’appelle Lyse, j’ai 36 ans. À l’heure où je vous parle, mes heures sont comptées. Je viens d’assassiner ma meilleure amie Anita à qui j’ai volé le visage, et je me suis coupé les veines. Comment j’en suis arrivée là ? C’est une très longue histoire.

Tout a commencé au lycée, j’étais une fille si belle, intelligente et issue d’une famille riche. Tout le monde convoitait mon amitié. Un jour, des filles de ma classe se sont prises à moi dans les toilettes. Tel un ange déployant ses ailes salvatrices, Anita est intervenue pour me défendre. Naturellement, elle est devenue plus tard ma meilleure amie. De nature introvertie, ma future meilleure amie ne demeurait pas moins intelligente et avait obtenu une bourse d’étude. Mon héroïne du jour avait néanmoins un hic social : elle avait du mal à se faire des amies. Le lendemain de notre rencontre, je l’ai aperçu sur le chemin de l’école et je lui ai proposé de l’emmener avec mon chauffeur. Ainsi, nous avons fait plus amples connaissances en chemin et ce jour-là une grande amitié est née entre nous. J’étais loin de m’imaginer que cette belle amitié finira par se transformer en jalousie et par la suite en crime. Comment une amitié qui naît par un acte héroïque se laisse consumer par les flammes de la jalousie, par l’atrocité du crime ?
Après l’obtention du Baccalauréat, Anita et moi sommes allées dans une université privée. Les frais de la scolarité d’Anita ont été entièrement couverts par mes parents. Nous étions heureuses d’être ensemble et de partager la même chambre. J’avais choisi d’étudier les sciences fictions et elle la communication. La première année d’université s’était bien passée. Nous étions heureuses d’avoir réussi. Notre amitié était si forte que nous pensions vaincre n’importe quelle adversité. Tout allait bien jusqu’à notre deuxième année de fac. Eh oui, le cœur peut abriter aussi bien l’amour que la haine. Nous l’avons découvert lorsque toutes les filles de la fac y compris nous rêvaient de la même chose : attirer l’attention de Yoanne. C’était l’exemple parfait du beau jeune homme, intelligent et dont toutes les filles étaient amoureuses. Yoanne étudiait la communication tout comme Anita.
J’ai rencontré Yoanne à la bibliothèque, on voulait emprunter le même livre. Plus tard nous avons sympathisé et on a été mangé au restaurant. J’ai eu le coup de foudre pour Yoanne. J’étais impatiente à l’idée de raconter mon histoire à Anita.
Anita quant à elle, avait fait la connaissance de Yoanne en classe, car c’était son voisin. Ils ont également sympathisé et elle n’a pas résisté à son charme. Elle était également pressée de me raconter son histoire.Plus tard, dans la soirée nous nous sommes retrouvées dans notre chambre comme d’habitude.
J’ai commencé à raconter mon histoire à ma copine, j’étais très heureuse et vice versa. Lorsque nous avons donné l’identité du garçon, nous nous sommes rendu compte qu’il s’agissait du même.
Alors nous nous sommes promis de l’oublier et de passer à autre chose. Mais, le cœur à ses raisons que la raison ignore. Aucune de nous n’a respecté cette promesse.
Yoanne quant à lui, ignorait qu’on était des amies. Il voulait faire plus connaissance et décider à la fin avec qui, il allait rester.

C’est ainsi que, Anita et moi, nous avons commencé à avoir des secrets l’une pour l’autre. On sortait avec Yoanne en cachette.
Yoanne avait découvert que nous étions des amies, mais il ne pouvait plus se retirer. En effet, il avait obtenu un stage dans l’entreprise de mon père et, avait peur de perdre le poste, si jamais je venais à apprendre qu’il sortait avec Anita. Aussi il avait peur de perdre Anita dont il était sincèrement amoureux. Il décida donc de nous garder toutes les deux. Nous avons continué ainsi jusqu’à la fin de nos études.
A l’obtention de nos diplômes, chacun devait continuer sa route. Yoanne, apprenant qu’Anita était enceinte de lui, décida de rompre avec moi. Mais il ignorait que j’attendais également un enfant de lui.
Il avait rompu avec moi pour se marier avec Anita qui allait devenir la mère de son enfant.
Ébranlée, bouleversée, tant j’avais le cœur brisé que j’ai fini par faire une fausse-couche. J’avais perdu mon bébé et l’homme que j’aimais.
Neuf mois plus tard, Anita s’était mariée à Yoanne et avait donné naissance à un garçon nommé Blanc. Ils étaient heureux et elle m’avait supprimé de la liste de ses amies.
Un jour, à tout hasard, nous nous sommes rencontrées par hasard au centre commercial, et nous avons échangé nos numéros. Pour donner suite à notre rencontre, je l’ai invité au restaurant pour discuter. Je lui ai dit que j’étais passée à autre chose. Je ne lui ai pas parlé de ma grossesse. J’avais décidé d’oublier. Elle m’invita chez elle, pour me présenter sa petite famille et J’ai accepté. Une fois chez eux, je n’étais pas du tout bien, le passé a refait surface.
Lorsque je suis rentrée chez moi, j’ai pleuré et l’idée de lui voler sa vie m’est passée dans la tête.
C’est ainsi que j’ai décidé de lui voler son visage et de me faire passer pour elle. J’avais tout planifié car une femme éconduite ne manque guère d’imagination.
C’est ainsi que j’ai invité Anita à aller faire de la manucure et des soins de visage. Ce qu’elle ignorait, c’est que j’avais prévu de lui voler son identité. J’avais engagé des professionnels dans le domaine.
Elle avait été droguée et enfermée pendant trois mois. J’avais pris sa place le temps de me familiariser avec ses proches.
Le quatrième mois, elle avait réussi à s’échapper et elle était venue reprendre sa place. Elle disait aux gens qu’elle n’était pas moi, car elle avait mon visage et on pensait qu’elle était devenue folle.
Yoanne qui était devenu mon mari pendant quatre mois, commençait à avoir des doutes, mais il n’avait pas de preuve. Je jouais parfaitement mon rôle.
Un soir, il sortit et Anita, qui était aussi intelligente, était venue me rendre visite et elle avait lancé un appel à Yoanne afin de lui faire écouter mes aveux.
Étant donné que je ne voulais pas répondre, elle s’est énervée et m’a poignardé. En voulant me défendre, je l’ai poussé et son crâne n’a pas résisté au choc de sa chute et elle est morte.
Je ne voulais pas la tuer, je voulais simplement prendre sa place. Pour donner suite à cet accident, j’ai décidé de me suicider à mon tour.
Heureusement que Yoanne est venu me sauver à temps. Aujourd’hui ça fait une année qu’Anita est morte. Mes parents m’ont perdu. Je vis avec Yoanne et notre fils Blanc. À suivre…

Enquête en EHPAD :

Le corps de monsieur Tintin 80 ans résidant à l’EHPAD Gaillon a été découvert ce matin en bas des escaliers. Une enquête a été ouverte par le commissaire Gadget afin d’élucider le mystère de sa mort. Pour comprendre le dérouler de l’histoire, remontons 24 h plutôt avant sa mort.

Dans la résidence régnait une ambiance morose. Les résidents étaient divisés en deux groupes en fonction de leurs affinités. On avait l’équipe rouges et jaunes composées respectivement de 4 et de 6 membres chacune. Tintin faisait partie de l’équipe des jaunes. Ce dernier avait été nommé responsable des résidents de Gaillon la veille de sa mort. En effet, il avait autre fois travaillé dans l’armer et avait l’habitude d’être responsable d’une équipe.

Vraisemblablement, cette nomination n’avait pas l’assentiment de tous. Ainsi, s’ouvre un tragique feuilleton au sein de cet endroit clos de seconde vie. Nous allons ainsi participer à une stratégie inimaginable des uns et des autres.

L’équipe des rouges composée de quatre personnes se croyait plus astucieuse que l’autre équipe, poussée par l’arrogance, elle se croyait imbattable. D’où le surnom de « mousquetaires ». Ils étaient solidaires au point d’être redoutables. Quoi ! Tintin ! Responsable ! Ce n’est pas possible disait Florence, 78 ans l’une des membres de cette équipe. Les gars, vous n’allez pas croire Tintin a été nommé responsable s’écria-t-elle. Il était impossible pour eux d’accepter ce dernier comme responsable.

Par ailleurs, l’équipe des jaunes est quant à elle moins solidaire avec une grande désorganisation . La nouvelle de la nomination de Tintin ne semblait pas plaire à tout le monde également. Francine fut la première à manifester de la jalousie à l’endroit de son partenaire d’équipe Tintin car elle aurait souhaité occuper le poste. Son vœu le plus ardent fit celui de voir démissionner Tintin. Son plan est de comploter avec un membre de l’équipe des rouges afin de trouver une solution pour dégager Tintin du poste. Elle racontait des secrets de Tintin à l’équipe adverse et en échange, cette dernière lui rendrait des faveurs.

L’équipe rouge disposait dès lors des secrets de Tintin. Les membres de l’équipe avaient proposé à Tintin de renoncer au poste en échange, ils garderaient son secret. Mais Tintin n’était pas homme à céder aux chantages.

C’est ainsi que l’équipe rouge faisait fuiter des informations fausses aux autres. Ces derniers commençaient à douter de Tintin. Exaspéré par les membres de son équipe, l’ultime bataille de Tintin était de convaincre son équipe de son innocence. Malheureusement se défit allait lui coûter la vie.

Au sein de l’équipe jaune, on commençait à douter de la capacité de Tintin à occuper le poste. Francine qui avait tout manigancé, profitait de la situation. Elle faisait croire à ses compagnons que l’équipe rouge était mieux placée pour le poste.

Les membres de l’équipe jaune connus pour leur manque de solidarité, proposaient leur collaboration en échange d’une reconnaissance de l’équipe adverse.

Tintin était bouleversé par la situation. Qu’est-ce qui se passe ? Que dois-je faire ? Il était décidé de ne pas se laisser faire.

Il se lance dans une enquête. C’est ainsi qu’il eut l’idée d’espionner l’équipe adverse. Il ne fut pas déçu. En pleine discussion avec l’équipe adverse à propos de leurs plans d’attaque, Francise avait été surprise par Tintin.

Francine ! Criait-il ! l’était choqué et Francine était prise sur les faits. IL se dirige vers elle et lui dit ses quatre vérités.

Après cette discussion, il voulait clarifier les choses avec les autres par le biais d’une réunion.

Tintin avait réussi à détecter la traîtresse de son équipe.

Au salon tout le monde été réuni, il ne manquait que Tintin. Après 20 minutes d’attentes, les autres se posaient la question à savoir, s’il finirait par se montrer. Où est Tintin ? Que se passe-t-il ?

A-t-il décidé de démissionner ? Les uns et les autres se demandaient

L’un des membres de l’équipe jaune Papou se décidait à aller le chercher.

À l’aide ! Aide-moi ! C’étaient les cris de Papou qui venait de découvrir le corps de Tintin en bas de l’escalier.

Tout le monde se précipite en bas des escaliers et découvre le corps de Tintin.

Les uns et les autres, commençaient à se poser des questions sur ce qui lui était arrivé.

Tout le monde était suspect dans cette enquête. En quelques minutes, les rumeurs se faisaient entendre. Chaque équipe se pointait le doigt.

Pour l’équipe Jaune, c’étaient les rouges les assassins, et pour les rouges, c’étaient Francine ou l’un des membres de l’équipe. La tension régnait dans la résidence, jusqu’à l’arrivée de l’inspecteur Gadget.

Une fois de plus, l’inspecteur Gadget nous avait prouvé ses compétences en élucidant le meurtre de Tintin.

La réalité était que Tintin avait fait une crise cardiaque et était tombé des escaliers juste après. Entre temps, les résidents s’étaient dénoncés les uns et les autres.

Tintin est mort, mais il avait réussi à démontrer les vrais visages de ses camarades. IL avait montré de quoi certaines personnes était capable de faire pour le pouvoir ou des faveurs.

L’histoire de Tintin, nous fait réfléchir sur certaines actions de notre société actuelle. Malheureusement, de nos jours, nous avons des boutis comme Francine, noir de l’extérieur, mais blanc à l’intérieur. La solidarité est l’une des qualités qui se fait rare. Il est temps de se remettre en question.

Gris comme le monde

Il y avait longtemps, dans un monde nommé ”Continentalise”, se trouvait une grotte magique qui avait le pouvoir de protéger ses habitants. Dans cet univers, l’harmonie totale régnait et il n’y avait pas de distinction entre les Hommes. Tous avaient la peau argile et égaux jusqu’au jour où tout bascula et entraîna la division de ce merveilleux monde d’homogénéité. L’homme découvrit ainsi la différenciation de la couleur de la peau.

Continentalise était beau, avec un jardin énorme. La vie était belle et les Hommes étaient heureux et ne connaissaient ni punitions ni violences. La condition d’une vie paisible à continentalise était de ne jamais s’aventurer dans la grotte. Selon la légende, un homme avait pénétré la grotte et n’était jamais ressorti. Le mythe de la grotte s’est consolidé au fil du temps. Les uns et les autres rivalisaient d’imagination quand il fallait raconter l’histoire de la grotte. Pendant que certains y voyaient le temple des dieux protecteurs, pour d’autres, c’était le billet vers l’enfer et la terreur.

À continentalise, vivait Pépin. C’était le genre d’homme épris d’une curiosité maladive avec une grande soif de connaissances.

Adepte des démonstrations et expérimentations de tout genre, avec un esprit éclectique et rationaliste, Pépin était persuadé qu’il existait une autre planète en dehors de Continentalise. L’une de ses hypothèses était que les Hommes de ce monde avaient une autre couleur de peau. Comme tout génie incompris de ses contemporains, on disait qu’il était fou et avait perdu l’esprit.

Voulant convaincre tout le monde de son hypothèse, Pépin s’est retiré dans sa demeure pour peaufiner un projet baptisé « la création de la couleur de la peau ». Laissant ainsi continentalise sans nouvelles de lui.

Les jours passaient et Pépin avançait dans son entreprise. Il alla dans la forêt afin de recueillir des ingrédients pour élaborer sa potion de couleur. De retour chez lui, il obtint une potion de différentes couleurs résultant du mixage de ces ingrédients secrets. Fier de sa découverte, il en parla à tous et voulu faire une démonstration en public. Mais hélas, son premier essai fut un échec et une occasion d’être l’objet de railleries. Il n’abandonna pas l’idée. Il était persuadé d’avoir suivi religieusement sa formule jusqu’à l’instant où il s’aperçut qu’il lui manquait un ingrédient indispensable, une plante qui ne poussait qu’aux abords de la grotte magique. Point question de se défiler, il faut aller la chercher peu importe le risque. Une fois sur place, Pépin eu une autre idée, celle d’aller mener ses expériences dans un autre monde. En effet, il était convaincu qu’en pénétrant dans la grotte magique, il se retrouvera dans un autre monde. Pour lui, les hommes possédaient une autre couleur là-bas. Ainsi, il pourrait découvrir leurs secrets afin de bien mener son projet. Persuadé de sa future trouvaille et tout confiant, Pépin Pénétra dans la grotte. Ce fut l’apocalypse : continentalise se mis à trembler, les habitants désemparés, affairés et apeurés ne comprenaient rien, personne ne savait où donner de la tête. Que se passe-t-il ? Qu’est-ce qu’il y a dans cette grotte ? Pépin avait-il raison ?

La réalité était que dans cette grotte vivait un dragon céleste qui possédait toutes les couleurs : rouges, jaunes, noirs, blancs. Ce dernier était le gardien de continentalise. En échange de sa protection, aucun être humain ne devait pénétrer la grotte. En pénétrant dans la grotte, Pépin avait réveillé le dragon qui dormait depuis des siècles et ce dernier était en colère. Il s’est mis à brûler les habitants qui changeaient de couleur. Le dragon brûlait tout sur son passage et continentalise connaissait dorénavant des habitants de différentes couleurs de peau : cinq au total. Les habitants étaient convaincus qu’il existait des dieux qui les protégeaient et leur préserver de la découverte de leurs différences, ils se sont mis à implorer leurs secours. Soudainement, le ciel s’ouvrir et une lumière descendit du ciel pour transformer le méchant dragon en soleil.

Le sacrifice que devait payer continentalise était de sanctionner Pépin pour son imprudence et sa curiosité maladive. Ainsi, la lumière descendue du ciel le transforma en serpent. C’est ainsi que le récit de Dieu et du serpent est né. En effet Pépin avait décidé de se venger de la main qui l’avait transformée en serpent.

Aujourd’hui, les habitants qui ont supplié sont devenus des croyants. Les cinq parties de continentalise sont maintenant devenues des continents à savoir L’Amérique, l’Europe, Asiatique, Afrique et Océanie. Sur chaque continent est regroupé désormais les Hommes qui ont été brûlés. Voilà pourquoi le soleil brûle les hommes, c’est le dragon qui continue de se venger. Les hommes préalablement faits d’argile de même couleur, ont aujourd’hui différentes couleurs de peau.

Le visage d’une autre partie 2

Précédemment, Anita était venue me rendre visite. Son but était d’enregistrer mes aveux. À la suite de cela, elle a été déclarée morte. Une année après, je prenais sa place auprès de Yoanne et notre fils Blanc. Bien que certaines personnes soient plus susceptibles de prendre soin de leurs meilleures amies , d’autres ne semblent pas s’en remettre après les avoir perdues . Notre histoire est loin d’être terminée.

Avec ma nouvelle petite famille, je menais une vie paisible et tranquille. Yoanne avait créé une agence de communication et ses affaires étaient florissantes. La bonne nouvelle, était que nous avions eu une fille du nom d’Isabelle. Nous étions heureux, et loin d’imaginer qu’un danger nous guettait. Anita, que nous croyions morte, ne l’était pas. Avec la complicité de mes parents, elle avait pu simuler sa mort, car ils la prenaient pour moi. En rappelle Anita portait désormais mon visage. Intelligente qu’elle était, elle avait décidé de faire profil bas, afin de bien mener son projet. Mon père qui avait découvert la perte de ma première grossesse souhaitait se venger de Yoanne qui avait abusé de sa confiance. Ainsi, il décidait de soutenir sa soi-disant fille dans sa quête de vengeance.

Ce que, Anita ignorait, c’est qu’elle allait découvrir des secrets compromettants qui feront basculer les choses.

Infiltrée dans ma famille, Anita découvrait des secrets sur ma mère. J’avais perdu ma mère à l’âge de 4 ans. Mon père s’est remarié à Annabelle. Cette dernière m’avait élevé comme sa fille, car elle était stérile. Cependant, je n’étais pas la fille à mon père. En effet, Ma mère était tombée enceinte d’un autre homme. Quand, Ils se sont séparés et ma mère fut par la suite, la rencontre de mon père. Anita avait fini par découvrir l’identité de cet inconnu. Cette découverte allait bouleverser le cours de notre histoire. Cet homme n’était autre que le père de Anita. Mon ex meilleure amie, venait d’apprendre que j’étais sa demi-sœur. Le père d’Anita avait gardé la photo, de ma mère dans son Album de classe. Et la mère de cette dernière lui avait déjà parlé de sa demi-sœur. Pendant toutes ces années, elle était loin de s’imaginer qu’elle était proche de cette dernière. Plus tard, elle apprenait que j’avais perdu l’enfant de Yoanne, secret que j’avais bien gardé.

La révélation de la vérité, avait apaisé sa haine contre moi. Elle n’avait qu’une envie, c’est de me prendre dans ses bras.

Elle eut l’idée de m’envoyer une lettre anonyme dans laquelle, elle m’expliquait qu’elle savait qui était mon véritable père.

Elle m’avait donné rendez-vous dans un lieu public. Au début, j’étais réticente à l’idée de rencontrer une inconnue. Néanmoins, elle ne m’avait pas laissé le choix. Elle me menaçait de révéler ma véritable identité à Yoanne. Une fois sur place, je découvrais que cette personne n’était autre qu’Anita. Elle m’a supplié de l’écouter jusqu’à la fin, ce que j’ai fait. À la fin de son histoire, j’étais dans le déni. Je me disais que c’était sûrement sa façon de se venger sur moi. M’ayant laissé des preuves, après vérification ses informations étaient correctes. Je commençais à culpabiliser d’avoir volé la vie à ma sœur ainsi que son identité. J’avais du mal à dormir après ce que j’avais fait. C’est ainsi que Anita, qui avait un cœur en or, me pardonna, ceci m’encouragea à en faire de même. On se voyait en cachette et on se tenait informer des informations de nos familles respectives.

Yoanne qui ignorait tout sur mon identité et celle d’Anita, m’accusait d’infidélité et de trahison à son égard. Il trouvait que mes sorties étaient suspectes. Un jour, Yoanne m’a suivi et il m’a surprise avec Anita. Notre relation avait commencé à se détériorer.

Ne comprenant pas mon choix de traiter avec la fille du monsieur qui veut nuire à sa carrière, décide d’enquêter de son côté. Yoanne finit par découvrir notre secret. Pour nous punir, il demanda le divorce et la garde des enfants.

Après un affrontement, il a finalement obtenu la garde des enfants. Il n’était pas satisfait et souhaitait se venger. Il voulait prouver notre identité aux autorités. Après plusieurs tentatives vouées à l’échec, la haine de Yoanne s’accrût. Il utilisa les enfants contre nous. Par conséquent, Il perdit toute crédibilité auprès des autorités et de ses proches.

Mon père avait réussi à ruiner la réputation de Yoanne. Il avait perdu son entreprise. Plus tard, il avait sombré dans la dépression et dans l’alcool. Il nous avait interdit de voir les enfants. Un soir, Yoanne ivre s’est rendu chez Anita pour exiger des explications. Il a commencé à l’agresser, il était hors de contrôle. J’étais présente cette nuit chez Anita. Dans la chambre d’ami, j’ai entendu des cris. Je suis sortie pour vérifier ce qui se passait, et j’ai aperçu Yoanne qui était en train d’étrangler Anita. La pauvre se débattait et suffoquait. Je me dirige vers Yoanne pour porter secours à Anita, mais ce dernier me repoussa violemment. C’est ainsi que Je me suis retrouvée projetée par terre. J’étais sous le choc, sans réfléchir je saisis la première chose à ma portée que j’utilisais pour assommer Yoanne. Il s’est retrouvé au sol et perdu beaucoup de sang. A l’arrivée des secours, Yoanne fut déclaré mort. Nous avons été arrêtées par la police. La garde des enfants a été confiée à mes parents. Après plusieurs années passées en prison, nous nous sommes rapprochées à notre sortie et un lien fort s’est créé. Nous sommes devenus une famille soudée.

Mes Chers Lecteurs voilà comment, je suis devenue ma sœur et vice-versa. Pour votre information, nous avons décidé de garder nos visages respectifs pour ne pas perturber les enfants. C’est drôle et bizarre de se retrouver en face de soi-même comme si on était jumelle.

%d blogueurs aiment cette page :